Cousin Island

Destination nature: île déserte et animaux

L’île de Cousin, refuge et paradis

image2993

Carte des SeychellesVingt-sept hectares de granite, des milliers d’êtres vivants, mais seulement quelques êtres humains y habitent. Nous sommes aux Seychelles, à quelques kilomètres de l’île Praslin, sur la réserve naturelle spéciale: Cousin Island, un paradis ornithologique. L’archipel comprend pas moins de 115 îles principales dont 41 granitiques, au nord, et 74 coralliennes, au sud et la plupart inhabitées. Certaines sont des refuges pour de nombreuses espèces animales. Celle-ci est une zone importante d’oiseaux (IBA: Important Bird Area), avec une estimation de 200 000 oiseaux s’y reproduisant, mais également le site de ponte de tortues marines le plus important de l’ouest de l’océan indien, et, pour finir, la plus grosse concentration de lézards au monde ! La principale raison de cette colonisation intensive par les bêtes à plumes et écailles est l’absence d’espèces animales prédatrices introduites: ni chats, ni rats, qui sont les deux plus grands prédateurs introduits dans bon nombre d’espaces insulaires et qui ont mené beaucoup d’espèces d’oiseaux à l’extinction. L’isolement et le fort taux d’endémisme des écosystèmes insulaires les rendent particulièrement sensibles à ces espèces invasives car les espèces autochtones ayant le plus souvent évolué sans prédateur ou compétiteur, ne possèdent pas les défenses nécessaires pour lutter.

 

Maison des volontaires Cousin IslandVolontaire à Cousin Island

J’y ai passé 2 mois, participant au suivi de ponte des tortues et de deux espèces d’oiseaux marins. David, lui, était en face, à Praslin, dans l’équipe « Reef rescuers » pour replanter du corail. Seuls les gardiens de l’île, volontaires (comme moi) et d’autres équipes de scientifiques peuvent y habiter. Le logement est basique: électricité le matin et le soir, pas d’eau chaude, pas de four, toilettes dehors, il y avait même une fuite dans ma chambre (pendant la saison des pluies ça n’est pas le top haha!). Pas non plus de supermarché à portée de main évidemment, pour cela nous retournions à Praslin par bateau une fois par semaine. L’électricité peut-être problématique quand on oublie de recharger sa batterie d’appareil photo par exemple (…). La plupart des personnes s’aventurant là-bas font à peine attention à ces petits désagréments car c’est un véritable paradis pour les amoureux de la nature. Tous les ingrédients pour le rêve sont présents : chaleur, eau cristalline, sable blanc, cocotiers, ET animaux à gogo !

Aurore dans l'eau de Cousin IslandPour moi le seul point négatif (en-dehors du fait que David était à Praslin, mais il venait me rejoindre le weekend =D) venait plutôt du fait que les personnes qui géraient les troupes (sur cousin ou pour le corail) avait l’air d’avoir oublié que nous étions volontaires. Cela est d’ailleurs une critique pour la plupart des organismes engageant des volontaires. Pour aller sur Praslin le weekend par exemple, le principe auquel je m’attendais était d’y aller à tour de rôle, arrangement entre les volontaires, bien entendu prévenir le dirigeant du groupe mais en réalité il était plus ou moins décidé que les volontaires ne doivent pas trop quitter l’île pour… je ne sais quelle raison. Simplement parce qu’il faut des règles et faire comprendre que lorsque tu es volontaire tu es à leur service et c’est tout (mais évidemment sans compensation budgétaire, seulement le logement). Je le répète, cela n’est pas une critique uniquement pour cette ONG, la plupart prennent à cœur ce petit (abus de) pouvoir. Parenthèse sur le système du volontariat fermé, revenons-en à notre bout de terre.

Vue depuis le sommet de Cousin IslandHistoire

Autrefois, c’était une cocoteraie. La déforestation et par conséquent la perte d’habitat a entraîné une forte diminution de plusieurs oiseaux endémiques des Seychelles, tels que la fauvette des Seychelles. En 1968, Birdlife international a alors racheté Cousin et commencé des programmes de conservation pour ces oiseaux. L’île est désormais gérée par une ONG, Nature Seychelles. Quand la plupart des histoires de conservation nous dépriment plus qu’autre chose, étant donné l’énergie déployée pour peu de résultats, l’histoire de Cousin sert de contre exemple. Oui, certains programmes de conservation fonctionnent bel et bien. Ce n’est pas moins de 3 espèces d’oiseaux qui ont été sauvées de l’extinction ! La fauvette des Seychelles (Seychelles Warbler – Acrocephalus sechellensis, Timerl-de-zil en créole), ainsi que le Foudi des Seychelles (Seychelles Fody – Foudia sechellarum, Toktok en créole) et le shama des Seychelles (Seychelles Magpie Robin – Copsychus sechellarum, Pisantez en créole). Sans compter que cette île reste un véritable refuge pour pas moins de 7 espèces d’oiseaux marins qui y nichent, et 2 espèces de tortues marines.

Les habitants

Les reptiles

En se promenant le long de la plage entre décembre et février, il est probable d’apercevoir des traces reptiliennes sortir de l’océan. Au bout des traces, une tortue en train de pondre ! Wahouuuu! Ce sont les tortues imbriquées (Hewksbill turtle – Eretmochelys imbricata), quelquefois des tortues vertes (Green turtle – Chelonia mydas) mais cela reste rare. Puis vient la période d’éclosion et ce sont les bébés tortues que l’on surprend parfois en route vers la mer… s’ils ne se font pas attraper par un crabe. Rendez-vous unique avec la vie… et double Wahouuu !!!

David et une tortue géante des SeychellesCe ne sont pas les seules tortues peuplant l’île. Rochers mouvants ? Non, voilà les tortues géantes d’Aldabra (Aldabra giant tortoise – Aldabrachelys gigantea). Elles sont une cinquantaine et malgré leur taille supertortuesque, savent se faire discrètes, parsemées dans la forêt. J’ai même pu voir des bébés. Contraste!

Le nez en l’air attention à ne pas mettre un pied malencontreusement sur un des lézards pullulant sur le territoire: le scinque des Seychelles (Seychelles skink – Manbuya seychellensis) et le scinque de Wright (Wright’s skink – Mabuya wrightii). Ils sont partout, et hésitent parfois à renoncer à leur trajectoire alors qu’un pied se dirige tout droit sur eux… Heureusement la terre meuble limite les dégâts!

Pour finir avec les reptiles, des geckos occupent l’île également. J’avais trouvé des arbres-cachettes au milieu de la forêt où il y en avait toujours quelques-uns qui attendaient de se faire prendre en photo. Ce sont des geckos verts (Seychelles small day gecko – Phelsuma astriata) et des geckos bronze des seychelles (Seychelles bronze grecko – Ailuronys seychellensis). Un bébé vert s’est même infiltré dans mon lit =).

Les oiseaux

Ce qui fait tant la réputation de cette réserve, en-dehors des tortues, ce sont les différentes espèces d’oiseaux la peuplant ! L’île est classiquement séparée en deux: une partie constituée de rochers granitiques et une autre de forêt (le plateau). Cela a une incidence sur la répartition des oiseaux.

La sterne bridée (Bridled tern – Sterna anaethetus, Fansen en créole), élégante avec ses traits fins et sa robe noire et blanche. A notre approche, elle émet souvent une sorte de jappement. Elle loge sur la partie granitique pour cacher son œuf à l’abri d’un rocher principalement.

Deux espèces de puffins résident à Cousin, le puffin d’Audubon (Audubon’s shearwater – Puffinus lherninieri, Riga en créole) et le puffin fouquet (Wedge-tailed shearwater – P. pacificus, Fouke dezil en créole). Ils ont des cachettes sous les rochers, et sortent seulement la nuit, émettant des sortes de cris de dragon (si tu n’as jamais entendu de dragon, il suffit juste d’un peu d’imagination). Ces deux espèces sont facilement reconnaissables l’une de l’autre. Les premiers sont les plus petits, le dos brun et le ventre blanc. Les seconds sont plus gros et d’une couleur gris-brun sur tout le corps.

Le gygis blanc (White tern – Gygis alba, Golan en créole), c’est l’oiseau qui a le plus marqué mon séjour de part sa beauté, douceur, délicatesse… Bref, c’est mon oiseau préféré et il suffit de regarder une photo pour comprendre pourquoi. Dans les arbres, ou voletant autour du visiteur, il est partout et souvent en couple. Il n’est pas rare aussi de croiser un poussin au détour d’une branche.

Le phaéton à bec jaune (White-tailed tropicbird – Phaethon lepturus, Payanke lake blan en créole) se démarque grâce à son bec jaune puissant (! et ça se remarque lorsqu’il se referme sur les doigts… sigh) et sa longue queue blanche, telle qu’une paille (d’où son nom en créole Paille-en-queue). Ces oiseaux nichent à même le sol dans la forêt, à l’abri d’un rocher, d’un arbre, ou encore au creux d’un tronc. Les poussins sont donc très visibles. Imagine le carnage s’il y avait des rats!

Ce sont les deux espèces pour lesquelles j’ai participé au suivi de l’évolution de leur succès reproducteur. En deux mots, se balader sur l’île et trouver les poussins et les œufs, noter sur une carte leur position, revenir contrôler leur évolution, et… en profiter pour prendre des photos =D!

Noddi - Noddy

Noddi – Noddy

Les deux dernières espèces d’oiseaux marins nichant là-bas sont les noddis bruns (Brown noddy – Anous stolidus, Makwa en créole) et noddis marianne (Lesser noddy – A. tenuirostris, Kordonyen en créole). Ce sont deux espèces très semblables physiquement et donc difficiles à distinguer. Cependant, vu leur nombre important, il est plus probable d’apercevoir un noddi marianne. Ces derniers arrivent en grand nombre en mars afin de se reproduire en synchronie et obscurcissent le ciel d’un nuage mouvant, qui laisse pleuvoir ses gouttes de guanos sur les heureux visiteurs.

D’autres oiseaux marins et d’eau peuvent être régulièrement observés, comme les frégates (Frigatebird – Fregata sp.) qui survolent la région et viennent de loin puisqu’ils nichent à plus de 1000 km au sud. Les tourne-pierres à colliers (Ruddy tornstone – Arenaria interpres) sont présents quotidiennement sur la plage. Des dromes ardéole ou pluviers crabiers (Crab-plover – Dromas ardeola), hérons cendrés (Grey heron – Ardea cinerea), hérons striés (Striated heron – Butorides striata), courlis cendré (Eurasian curlew – Numenius arquata), sont des espèces que j’ai également aperçues de temps à autre.

En dehors des trois espèces d’oiseaux terrestres faisant partie de programmes de conservation dont j’ai parlé précédemment, quelques pigeons bleus (Seychelles blue pigeon – Alectroemas pulcherrima) peuvent être aperçus, ainsi que des gallinules poules d’eau (Common moorhen – Gallinula chloropus) qui chassent les invertébrés, et des souimangas des Seychelles (Seychelles sunbird – Cinnyris dussumieri, Kolibri Sesel en créole) observés près des fleurs.

Les arthropodes

Mille pattes géant

Mille pattes géant

Enfin, des invertébrés peuplent également cette terre. Des araignées (Néphila sp. et autres), plusieurs espèces de crabes courant partout à notre approche, des bernards l’hermite de toutes les couleurs, des mille-pattes géants (! 1ère fois que j’en voyais, moi qui n’aiment pas trop les trucs à plein de pattes, finalement j’en ai pris un et ça n’est pas si terrible que ça…), des scolopendres également (ces « mille pattes » là sont venimeux et je n’aime pas ça du tout brrr), et bien d’autres encore.

Visite

Cousin Island depuis Praslin IslandIl est possible de visiter Cousin Island le matin, du lundi au vendredi. Il est facile d’arranger cela à partir de n’importe quel hôtel ou guesthouse à Praslin, ou bien directement avec un tour opérateur (petite liste ici). Pour éviter l’introduction fortuite d’espèces invasives (comme le rat qui peut facilement passer inaperçu sur une embarcation) ce sont les gardiens qui viennent chercher de petits groupes de touristes attendant sagement sur leur navire, grâce à un bateau de Nature Seychelles. Le débarquement s’effectue en beachant directement, ambiance garantie ! Puis, visite guidée en groupe en compagnie d’un des gardiens. Rencontre avec les oiseaux garantie, avec les tortues si c’est la bonne période et un peu de chance!

Bonne visite!

N’hésitez pas à partager d’autres adresses de paradis tels que Cousin!


//

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s