10 règles pour choisir où bivouaquer

Moi emmitouflée dans le sac de couchage avec un bonnetLorsque l’on part faire du camping sauvage, que ça soit en randonnée ou avec une voiture, il faut bien choisir son emplacement. Il y a quelques règles à avoir en tête pour bien dormir et ne pas avoir à déménager pendant la nuit… Ces règles générales doivent être adaptées aux différents milieux où tu établiras ton camp, ainsi que ton mode de bivouac : tente, bâche ou hamac. David a expérimenté ces trois modes dans divers écosystèmes (forêt tempérée, jungle, côte sableuse, désert, montagne) et voici donc ce qu’il a retenu de ces aventures pour choisir un bon emplacement bivouac. Ce sont quelques règles qui peuvent faire toute la différence…

Comment choisir son emplacement pour bivouaquer?

 Il y a 4 paramètres importants à contrôler: le facteur humain, le sol, le ciel, et les animaux.

Le facteur humain

Règle n°1: Des humains tu te cacheras

L'endroit où nous avons dormi sur une station d'autoroute

L’endroit où nous avons dormi sur une station d’autoroute (dans le coin)

L’être humain peut être sympa… et il peut également ne pas l’être. Il ne faut pas être paranoïaque non plus, mais comme lorsque l’on dort nous sommes plus vulnérables, autant ne pas prendre de risques en indiquant où nous sommes (et donc des choses potentielles à voler). Le mieux est de ne pas dire où l’on dort, d’établir sa base sans personne autour de soi et de ne pas être prêt d’un passage d’où quelqu’un pourrait nous voir (chemin, sentier, route, lieu en hauteur).

Lorsque nous revenions d’Italie en stop, nous n’avons pas pu tout faire en une seule journée (Pise-Dijon ça fait beaucoup) et avons dû trouver où dormir sur une station d’autoroute… La nuit a été assez agitée, car nous n’étions pas sereins, et à un moment quelqu’un s’est approché de nous. David qui somnolait s’est redressé en sursaut, il a cru que le gars était un homme recouvert de feuilles… (moi j’ai cru qu’on ce faisait attaquer par des chiens, va comprendre…). Et non, nous ne nous droguons pas… Le gars, quant à lui, a flippé, a dit « ça va ça va, calme toi » et a disparu. Peut-être était-il seulement intrigué par cette masse sombre dans le coin… Nous ne saurons pas…

Le sol

Règle n°2: De l’eau tu te méfieras

L’eau ne dort pas tout le temps… Si ton campement est sur une rive, il peut arriver que le niveau d’eau monte assez vite.

Par exemple, en dormant sur une plage. Le bruit des vagues, le ciel étoilé, super… Puis dans la nuit ou sur le matin, tu te retrouves les pieds dans l’eau à cause de la marée. Pas cool.

Un autre exemple, dormir le long d’une rivière. Il se peut qu’une crue survienne en cas de fortes pluies, donc évidement attention à la météo et vérifier qu’il est possible de sortir facilement du lieu (si tu te trouves dans une gorge par exemple).

Cela ne veut pas dire qu’il faille éviter à tout prix d’être prés d’un point d’eau, car c’est très pratique en camping pour se laver ou faire à manger.

Ils dorment vers une rivière

Bivouac à l'abris du vent grâce à un mur

A l’abris du vent

Règle n°3: Du vent tu te protégeras

À moins d’être perché en haut d’une montagne au bord d’un ravin, la plupart du temps le vent en soi ne sera pas dangereux, mais il change considérablement la température ressentie. En tente, l’effet est moindre, mais pas nul. Si tu n’en as pas, essaye de trouver de quoi t’en abriter, ou si tu ne peux l’éviter, construit un mur de protection:  sac à dos, bâche, branches, pierres. L’avantage des forêts est que cela protège un peu du vent… mais cela peut avoir d’autres conséquences que nous verrons plus tard.

Règle n°4: Un sol plat tu choisiras

hamac dans la forêt

Chambre de David lorsqu’il était à Montpellier

Tous ceux ayant déjà fait du camping ont probablement eu à faire à un caillou ou trou mal placé. Non ? Donc avant de poser la tente ou la bâche, on vérifie le sol : trous, cailloux, racines, épines. Et puis de préférence, le plus plat possible, car c’est très désagréable de se retrouver coincé en bas de son sac de couchage ou à rouler sur son partenaire toute la nuit…

Pour information, ceux qui pensent que dormir sur le sable c’est sympa car « mou ». Nop ! Ça ne l’est pas !

Si tu as opté pour le hamac, voilà son principal avantage, tu n’as pas à te soucier du sol.

Règle n°5: Du sol tu t’isoleras

Un sol peut être humide ou sec, chaud ou froid, et ces facteurs peuvent changer au cours de la nuit.

S’il y a des variations de température et/ou d’humidité dans l’air, la végétation transpire. Le tapis d’herbes bien moelleux sous tes fesses va donc te tremper complètement si tu n’es pas bien isolé du sol. C’est avec une bâche que cela pose problème, si un bout du sac de couchage dépasse par exemple.

La bâche replié pour se protéger de l'humidité

Parfois, il est préférable de refermer la bâche sur soi façon sandwich pour limiter les risques d’humidité qui se dépose sur le sac de couchage pendant la nuit. Ça m’est arrivé la 1ère nuit en Sardaigne, j’ai eu froid toute la nuit…

La pierre au soleil capte la chaleur la journée, il fera donc bon s’endormir, mais au milieu de la nuit la pierre sera froide et transmettra donc… du froid. Pareil pour le sable.

Le mieux est d’avoir un bon sac de couchage. Certains permettent de s’affranchir de cette règle, ceux prévus pour aller sur la glace par exemple. David a essayé sur la glace, résultat pas eu froid. Sinon, il y a des tapis de sol gonflable, j’en ai un intégré dans mon sac et ça me convient bien. Si tu n’as rien de cela, utilise tout ce que tu peux: vêtements, cordes d’escalades, ou je ne sais quoi encore.

Encore une fois, le hamac montre son avantage ici. Cependant, même s’il permet de se libérer de ces deux règles, il faut quand même trouver de quoi l’accrocher.

Le ciel

Bâche pliée en deux pour se protéger de la pluie

L’utilité d’avoir une bâche assez grande est qu’elle puisse faire un abris en cas de pluie.

Règle n°6: De la pluie tu te protégeras

Se recevoir une giboulée sur le coin du nez en dormant ça n’a jamais été plaisant. Donc, autant que faire se peut, abrite-toi. Mais j’imagine que cette règle est la plus basique et que tout le monde s’en doute…

Camper en tente a tout son intérêt ici ! Mais une bâche peut faire également l’affaire en cas de petite pluie. Dans l’un ou l’autre des cas, attention à la topographie! Une cuvette peut facilement se remplir de flaques, donc sans s’imaginer se noyer, être sur un sol détrempé n’est pas agréable…

Règle n°7: Des chutes tu te prémuniras

bivouac sous un rocher

Une nuit pluvieuse en Sardaigne: protégés du vent, de la pluie et des chutes + tapis de feuille… Le bivouac idéal!

Plusieurs choses peuvent tomber « du ciel ». Pas vraiment du ciel, mais du haut en tout cas, comme des pierres ou des branches. Évalue ton environnement avant de te coucher quel que soit ton mode de camping. Surtout si tu es dans une forêt (arbres morts ou très penchés, branches pourries) ou proche d’une falaise (petites pierres et de manière générale je ne recommande pas de dormir en dessous en cas d’éboulement).

Si tu es en hamac, il faut absolument vérifier la solidité des arbres en forêt sur lesquels tu te fixes et l’attacher de façon à ce que ça ne tire pas trop sur les arbres. C’est arrivé à David de trop tendre son hamac et un des arbres n’a pas tenu. Arbre 1 — 0 David….

Les animaux

Règle n°8: La présence d’animaux tu détecteras

Si tu as suivi le thème du blog, tu as compris que les animaux, j’adore ! Il existe tout de même quelques situations où je préfère les savoirs loin de moi.

Comme pour les chutes « du ciel », il faut contrôler l’environnement avant d’établir son bivouac. Ce qu’on cherche :

  • des traces indiquant que nous sommes sur un sentier d’animaux ou un point d’eau servant d’abreuvoir. Se retrouver sur le passage d’un sanglier ou d’un cerf en forêt n’est pas la meilleure solution pour aller à leur rencontre. David a déjà eu un sanglier en pleine nuit… il était dans son hamac, il est passé sous lui.
  • Une fourmilière à proximité. En tente, a priori il n’y a pas trop à craindre (à part si elle est percée), mais avec une bâche, ouille ! Et en hamac, regarde bien si l’arbre n’est pas un passage à bébêtes.
Passage de fourmis légionnaires

Passage de fourmis légionnaires

  • des bouses de vache ou autres herbivores, au cas où tu n’es pas remarqué le troupeau qui était dans un coin du très grand pré dans lequel tu te trouves. Pas trop d’inquiétudes non plus, tu n’es pas fait d’herbes, donc ils ne te grignoteront pas. Mais ça n’est jamais agréable de se faire piétiner par mégarde, car tu étais allongé sur une touffe d’herbe bien moelleuse.

2 bovins

  • Attention aux tiques dans la forêt… ça nous est arrivé en randonnée dans le Morvan, tu deviens un peu parano après et contrôle chaque parcelle de peau.

Outre le moustique coincé dans la tente qui t’irrite (c’est arrivé à tout le monde je le sais), ce qui m’est arrivé de pire (haha) c’est… des limaces qui s’amusaient à ramper sur la tente et… à la grignoter. Alors non, elles n’ont pas percé la toile de tente, mais elles faisaient du bruit ! Eh oui, les limaces ont une espèce de râpe comme bouche, et elles ont passé la nuit à rapper la tente. Voilà voilà, que d’aventures (…) !

L'endroit où des limaces ont attaquées notre tente...

L’endroit du crime des limaces…

Parfois, la tente est vraiment recommandée… En Irlande, David avait tout de couvert, sauf le nez. Il se faisait manger par des mouches (celles qui coupent des bouts de chair).

Et puis parfois, il y a des rongeurs qui te courent dessus… Au moins, eux, ils ne veulent pas nous grignoter.

Règle n°9: Du bon sens tu conserveras

Panneau des parcs nationaux canadiens indiquant de mettre la nourriture hors de portée des oursSi tu es dans un pays où les carnivores rodent… Il existe probablement des consignes plus spécifiques pour établir son camp. Par exemple, pour les ours aux États unis et Canada, c’est connu qu’il ne faut pas garder de nourriture à proximité du bivouac, et l’attacher entre des arbres en hauteur.

Scorpion

Scorpion

Certains écosystèmes, comme la jungle, grouillent de bêtes à plus de 4 pattes potentiellement dangereuses : insectes, arachnides, myriapodes… voire, sans patte du tout. Ce qui implique : les araignées, les scorpions, les moustiques, les scolopendres, les serpents… Des animaux que j’aime bien prendre en photo (sauf les moustiques…), mais que je n’aime pas avoir sur moi. Prévoir une moustiquaire si tu n’as pas de tente (les hamacs de jungle sont bien pour ça). Ne jamais mettre sa main à l’aveugle sous une bâche ou une tente. Vérifier son sac de couchage, sac à dos, chaussures, vêtements… bref tout.

Hamac de jungle avec bâche au-dessus

Pour la jungle: hamac de jungle (avec moustiquaire) + bâche, ça donne un truc sympa pour être isolé de la pluie et des petites bêtes.

Parfois, notre corps peut servir de radiateur pour les animaux à sang froid. Attention donc, si tu dors sans tente qu’un de ses animaux ne se réfugie pas dans ton sac de couchage. Avoir un serpent venimeux dans son sac de couchage, même pour moi qui les adore, ça peut poser problème. Je dis ça, mais j’ai rencontré plus d’une personne qui a dormi à la belle étoile en Australie et aux États-Unis, ils n’ont eu aucun problème. David a déjà expérimenté ce cas de figure dans le Grand Canyon, et pas de crotale câlin au réveil.

La jungle possède également des carnivores… Lorsque David était au Congo, leur campement (des tentes) était au milieu de la forêt. C’est arrivé qu’un potamochère soit retrouvé sur le sol à quelques mètres de leur base, éventré par un léopard… Il n’était pas loin c’est sûr. Une autre histoire au Honduras, où il a détecté des traces de puma le matin, prés du camp. Hum.

Règle d’or: Avec ce que tu as, tu improviseras

Et oui, il ne faut pas oublier que dehors il n’y a pas forcément l’endroit idéal. Des compromis s’imposent.

Fais de ton mieux =p

nous deux en bicouac

Bivouac dans le Morvan

Et bien évidemment, on n’oublie pas: ne laisser que des empreintes, ne garder que des souvenirs.

Si tu ne sais pas quel mode de camping adopter (tente, bâche ou hamac),voici un comparatif de leurs avantages et inconvénients qui t’aideront à trouver le meilleur compromis pour ce que tu veux faire.

Et toi, as-tu des conseils ou souvenirs à partager? 


//

5 réponses à “10 règles pour choisir où bivouaquer

  1. Merci pour ces conseils 🙂

    Des règles spécifiques à respecter en montagne ?

    Niveau réglementation le bivouac réglementé (En France) dans les parcs naturels nationaux en tout cas, il faut être à au moins une heure de marche de la délimitation du parc pour avoir le droit de bivouaquer.

    En Corse a priori c’est interdit, sauf zones spécifiquement indiquées 😦
    Les kayakistes le font quand même sur les plages lors d’excursions sur plusieurs jours, mais ils font parfois de fâcheuses rencontres avec des fusils pointés sur eux en ouvrant les yeux ^^

  2. =)

    En montagne, il faut surtout faire attention aux chutes de pierres, s’abriter des couloirs de vents, et bien s’isoler de la roche. Un hamac est possible avec des sangles et coinceurs dans la roche. Il y a parfois de bonnes surprises avec les refuges: anciennes cabanes de chasse ou de bergers qui sont souvent abandonnés et libres d’accès, refuges du club alpin, etc.

    Et oui, la plupart (pour ne pas dire tous) des parcs nationaux ont des règles de bivouac assez strictes pour éviter de dégueulasser avec les déchets (entre autre, mais aussi pour ne pas déranger certaines espèces animales ou ne pas endommager certaines espèces végétales hors sentier). Même si je pense (et j’ose espérer) que la plupart des randonneurs sont des gens écofriendly!

    Hum oui je ne me risquerais pas en Corse =/

  3. Oui c’est vrai que la plupart des randonneurs sont respectueux, mais malheureusement les 5% qui ne le sont pas nuisent à tous les autres 😦

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s